Accord sur le plafond de la dette


NYC

25 au 31 juillet 2011 – Parmi les 394 Unes de dimanche recensées par le Newseum, difficile d’en trouver qui ne fasse pas mention du relèvement du plafond de la dette (il y a bien le Fond du Lac Reporter, mais à part ça…). Jusqu’à dimanche peu avant 21 heures, les accords pour élever la limite d’emprunts autorisés à l’administration par le Congrès avaient tous échoués. Qu’il viennent du Sénat, majoritairement démocrate, ou de la Chambre, majoritairement républicaine, ils ont été refusés par l’autre chambre, alors que c’est autour de mardi prochain 2 août, en théorie, que Washington sera à court de billets verts pour payer ses factures. Juste avant l’ouverture des premiers marchés asiatiques lundi (dimanche soir sur la côte est), Barack Obama a pris la parole pour annoncer l’accord, portant sur 3000 milliards de dollars. D’ici novembre, une commission bi-partisanne devra proposer des coupes budgétaires et des augmentations de revenu. 

Or, il s’agit bien de permettre le versement de prestations dont l’existence a déjà été décidée par le Sénat. « S’il est légitime de débattre de la taille d’une administration et de ce que sont des impôts justes, faut-il vraiment se battre, simplement pour financer des décisions déjà votées? » s’interroge CNNMoney qui recense les éléments les plus stupides d’un débat stupide. Un débat qui devrait toutefois se terminer par un accord en vue de supprimer entre deux et trois mille milliards de dollars de dépenses publiques sur dix ans.

Alors que Washington se déchire, les Etats (dont beaucoup ont déjà de gros problèmes financiers) commencent à percevoir les problèmes que vont poser l’accord bi-partisan: Au Connecticut par exemple, les aides diverses versées par le Gouvernement fédéral représentent 20% des revenus (hors transports).

Twitter peut-il servir de gouvernail?

Pout tenter de gagner la bataille de l’opinion, Barack Obama, dont la quote de popularité est plutôt basse (mais qui, en s’approchant des 40% d’opinion favorable, est plus ou moins deux fois plus haute que celle du Congrès), a demandé au public d’utiliser Twitter (ainsi que l’e-mail et le téléphone) pour faire pression sur les membres du Congrès afin qu’ils trouvent un accord sur le relèvement du plafond de la dette. Son staff a ensuite balancé des listes entières de comptes Twitter des élus républicains. Foxnews n’a pas vraiment apprécié, évidemment. Pourtant, l’instrument peut s’avérer à double tranchant. En connaissant le compte Twitter de ses élus, on peut les atteindre, mais en s’abonnant à leurs messages, on permet surtout… d’être atteint.

Selon plusieurs médias, @BarackObama aurait perdu entre 30 et 40 mille « followers » (personnes qui sont abonnées pour recevoir les messages Twitter du Président). Je n’ai pas pu vérifier la perte, mais ce qui est sûr, c’est qu’il en a près de 9 millions et demi. La fluctuation serait donc insignifiante*. Néanmoins, dimanche soir, dans un court discours annonçant l’accord sur le plafond de la dette, a remercié les Américains en ces termes: « C’est votre voix, ce sont vos téléphones, vos lettres, vos e-mails, vos tweets qui ont poussé Washington à se décider ». Lundi matin, il avait 20 followers de plus que dimanche soir.

Photo: Financial District, New York – LOE

En bref…

  • Ce que la dette a éclipsé cette semaine, c’est le scandale Murdoch/News of The World. Dans le New York Times Magazine, un ancien du News of the World raconte les dernières heures de l’hebdo.
  • 54 miles par gallon, soit 4,3 litres aux 100 kilomètres, en 2025: c’est le standard que se sont promis d’atteindre le Gouvernement américain et l’industrie automobile, selon un accord annoncé vendredi par Barack Obama, qui promettait des économies d’essence pour tout le monde. Pas si simple, dit le NYT.
Publicités

Commentaires fermés sur Accord sur le plafond de la dette

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.