Barack Obama on tour


15 au 21 août 2011 – Ça ressemble à une campagne, mais c’est un voyage officiel: de Cannon Falls, dans le Minnesota, à Alpha en Illinois, en passant par l’Iowa, Barack Obama a sillonné le Midwest en bus entre lundi et mercredi, faisant halte, par exemple, à Decorah. Les Decorah Newspapers font le récit détaillé de cette étape. Après avoir passé la nuit dans cette petite ville de moins de 10 000 habitants, le Président est sorti pour serrer des mains, s’est adressé brièvement à la (petite) foule et a répondu à quelques questions. A Peosta (Ia), il a accordé à Wolf Blizzer, tôlier de la Situation Room de CNN, une interview retranscrite ici.

Durant sa tournée, Barack Obama s’est attaché à démontrer que les événements internationaux (printemps arabe, tsunami, dette des pays européens) ainsi que la situation politique intérieure (polarisation du débat sur le plafond de la dette, prix du pétrole…) ne lui avait pas facilité la tâche. « Selon le point de vue que l’on adopte, ces faits peuvent constituer des explications, ou des excuses » persifle le Washington Post. Dans un interview accordé à CBS, Barack Obama a considéré que l’économie serait la clé de sa réelection. Il a dit s’attendre à être jugé sur la base de l’amélioration ou non de la situation économique d’ici un an, comme le relève le Los Angeles Times.

Les saisies immobilières continuent

Deux ans après la crise des subprimes, les saisies immobilières se poursuivent. Une enquête du Detroit Free Press dénonce la persistance des pressions exercées par Fannie Mae sur les banques. L’institution qui détient plus d’un million d’hypothèques dans tout le pays a promis de faire tout ce qu’elle pouvait pour permettre aux familles en difficulté avec leur prêt immobilier de rester dans leur maison. Mais le journal affirme que Fannie Mae pousse les banques à saisir les maisons dont les propriétaires n’ont pas payé les traites depuis plus d’un an, même s’ils sont en négociation pour revoir les conditions de prêt, ce qui entrerait en contradiction avec les promesses du géant de l’immobilier. L’entreprise est aussi accusée de vendre des milliers de maisons à des prix très inférieurs à ce qu’elles valent, ce qui fait chutter la valeur des biens de nombreux propriétaires.

Dans un autre volet de l’enquête, c’est un programme mis en place par Barack Obama début 2009 qui est en cause: le Home Affordable Modification Program (HAMP) devait permettre aux propriétaires frappés par la crise de garder leur maison. Prévu pour bénéficier à trois ou quatre millions de ménages, il n’aurait pour l’instant, selon le Detroit Free Press, profité qu’à moins d’un million d’Américains.

Les « trois de West Memphis », libres après 18 ans de prison pour rien.

Trois jeunes gens, accusés d’avoir tué trois scouts lors de rites sataniques en 1993 dans les environs de West Memphis, en Arkansas, ont été libérés lundi après 18 ans de prison (dans le couloir de la mort, pour l’un d’entre eux). S’ils ont du plaider coupable dans une procédure juridique tarabiscotée, « c’est bien en innocents qu’ils sont libérés », ont précisé leurs avocats lors d’une conférence de presse. De nouvelles analyses ADN ont permis de convaincre la justice que les trois accusés ne pouvaient pas être liés au lieu des meurtres. Un autre pourrait l’être, cependant la procédure n’innocentant pas les trois hommes, il ne sera vraisemblablement pas recherché d’autre coupable. Au cours des années, les trois de West Memphis avaient mobilisé autour d’eux des artistes et des cinéastes. Un documentaire (Paradise Lost: The Child Murder at Robin Hood Hills) a notamment marqué un tournant dans la cause, lui donnant une audience nationale en relevant le manque de preuves et les préjugés dont avaient été victimes les accusés. Le rappel des faits du New York Times – L’interview des documentaristes dans IB Times. – Les principales étapes de l’affaire dans The Week.

En bref:

  • Les « first responders » ne seront pas conviés aux 10 ans du 11 septembre . Les cérémonies sont destinées aux familles des victimes, a indiqué le Maire de New York Michael Bloomberg. Les sauveteurs et volontaires, qui sont aujourd’hui très nombreux à souffrir de maladies dues aux émanations qu’ils ont respiré sur le site, voient leur « éviction » comme une manière de passer sous silence l’une des conséquences des attentats.
  • La saison des ouragans n’est pas encore passée, mais les catastrophes naturelles ont déjà coûté 35 milliards de dollars aux Etats-Unis cette année. Le record de neuf désastres ayant coûté plus d’un milliard est déjà atteint (USA Today).
Publicités

Commentaires fermés sur Barack Obama on tour

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.