« The luckiest man on the planet »


North22 au 28 août 2011 – La Côte Est a tremblé toute la semaine. Ça a commencé mardi par surprise, à 13 heures 51: alors que l’ensemble des chaines américaines enchaînaient les duplex avec le parquet de New York et les sous-terrains de Tripoli, un séisme de magnitude 5.8 a secoué la côte est.

Le Capitol, la Maison Blanche, le Pentagone et une bonne partie de l’administration ont promptement été évacués. Le temps que la secousse ondule jusqu’ à la Grande Pomme, CNN avait déjà  bouleversé ses programmes. Cependant, à part quelques dégâts à la Cathédrale de Washington, quelques vitres cassées et un tuyau percé chez la mère d’un cadreur de la chaine, le spectacle, sur tout le nord de la Côte Est, s’est limité à des scènes d’évacuation. La galerie photo du Huffington Post est, à ce titre, plutôt parlante.

Même le maire de New York et son équipe se sont précipités dans la rue. Mais s’agissant de la Cité de Verre… était-ce la bonne chose à faire, s’interroge-t-on dans la City Room du New York Times.

Comme un ouragan

La question de savoir si New York est bien préparé pour un désastre n’allait d’ailleurs pas tarder à s’avérer judicieuse… A peine remise de sa stupeur et de ses tremblements, la côte est devait se préparer à l’arrivée d’Irene, un ouragan qui menaçait de ramener au moins 10 Etats à l’âge de pierre. Après avoir balayé les Bahamas, Irene fonçait droit sur la Floride en tant qu’ouragan de catégorie 3 (sur 5), avec des vents  dépassant 200 km/h. A quelques encablures des côtes, l’ouragan vire, épargne le Sunshine State (le surnom de la Floride) et atterrit samedi en Virginie ayant rétrogradé en catégorie 2. Sur toute la Côte jusqu’au Massachusetts, des quartiers voire des villes entières sont évacuées. Le système de transport est préventivement mis au repos: il n’y a plus ni bus, ni trains, ni métros, ni avions.

La montée des eaux, la marrée et les pluies torrentielles auraient pu se combiner pour engendrer une catastrophe sans précédent. Dès vendredi, l’évacuation est ordonnée pour 370 000 New Yorkais habitant les zones les plus exposées. Malgré de nouveaux moyens pour calculer l’intensité d’une tempête, les prévisions précises restent difficiles, et imprécises.

Dégâts et inondations sont surtout enregistrés en Virginie. L’épicentre du tremblement de terre de mardi, à 135 kilomètres de Washington, dans un premier temps sur le chemin de la tempête, est suspecté d’être maudit. Il est finalement épargné. Le bilan établi dimanche soir par le New York Times est de 16 morts, Associated Press en dénombre 19, et l’ouragan devenu tempête tropicale continue son chemin en Nouvelle Angleterre, provocant surtout des innondations. En fin de matinée dimanche, 3 millions de foyers étaient privés d’électricité. Des équipes venues de loin (de l’Alabama au Québec) renforcent le personnel local pour réparer le fragile réseau électrique aérien, extrêmement vulnérable aux intempéries. Les travaux devraient durer plusieurs jours. Le bilan financier des dégâts devrait atteindre 7 milliards de dollars selon le New York Times.

Faites sortir l’accusé

« Dominique Strauss-Kahn est le type le plus chanceux de la planète » et pour Vivienne Walt, du Time, « sa déclaration évoquant mardi« la fin d’un long cauchemar » est à coté de la plaque ». C’est à voir dans la revue de la semaine du New York Times, qui n’est pas tendre avec l’accueil qu’a fait la France à la nouvelle de l’abandon des charges  contre DSK. Nicholas Norbrook (The Africa Report) qualifie d’obscène le spectacle de socialistes français se réjouissant du retour de l’ex-chef du FMI.

Quoi qu’on sache de faits confinés derrière des portes clauses, il reste qu’au minimum, un riche et puissant financier international a eu un rapport sexuel avec une femme de chambre réfugiée, et va bientôt rentrer en France avec sa femme. Que d’aucun imagine dans ces condition un retour à la politique active de M. Strauss Kahn est, pour beaucoup d’Américains, une curiosité, voire un scandale. Scandale peu suceptible de se réaliser, toutefois, pour le Chicago Tribune: « Le problème de Dominique Strauss-Kahn, c’est que beaucoup de Français connaissent trop de détails salasses de sa vie privée et n’étaient par ailleurs pas conscients de son expertise en matière économique ». Pour la journaliste de Reuters qui signe l’article, DSK « pourraît s’avérer bien trop toxique (« politically radioactive ») pour envisager prendre part à la campagne, ou obtenir un poste dans un futur gouvernement de gauche ».

En bref

Steve Jobs quitte la direction d’Apple, atteint dans sa santé. Le portrait du San Francisco Chronicle , une revue de brevets d’Apple par le New York Times, et une question du Silicon Valley Mercury News: Qui sera le prochain Steve Jobs?

Dick Cheney ne regrette pas la torture. Il semble aussi qu’il soit toujours persuadé qu’il y avait (qu’il y a…) des armes de destruction massive en Irak. Dans un livre qui sera en vente dès cette semaine (In My Time), l’ancien vice président de Georges Bush 2 revient sur les méthodes de son temps, et taille des croupières au Secrétaire d’Etat Powell, ainsi qu’a celle qui lui a succédé, Condolezza Rice. Le livre devrait faire exploser des têtes, selon l’auteur. « C’est le genre de description qu’on attend d’un tabloïde de supermarché, pas d’un ancien vice-président », a répliqué Colin Powell.

 

Photo: loé

Publicités

Commentaires fermés sur « The luckiest man on the planet »

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.