Obama et le mariage gay: une affaire de coeur, d’argent et de politique


Tout a commencé dimanche 6 mai par un Vice-Président qui serrait allé un peu vite en besogne: « Je n’ai aucun problème avec le mariage gay » a dit Joe Biden sur NBC. Communication mal maîtrisée? A en juger par l’embarras du porte-parole de Barack Obama, Jay Carney, c’est possible. Il a eu un peu de mal à convaincre que cet engagement était compatible avec les positions connues du Président (en faveur des unions civiles). Jeudi en tout cas, Obama a reproché à Biden de s’être un peu emmêlé les pinceaux, et celui-ci s’est même excusé. Entre temps, Barack Obama a clarifié lui-même sa position, qui aurait « évolué ». Dans un interview sur ABC News mercredi, le Président a indiqué qu’il était « important pour [lui], personnellement, d’affirmer que les couples de même sexe devraient être autorisés à se marrier.

La déclaration a immédiatement « explosé » sur les sites de presse et les réseaux sociaux. Pari osé, accents de sincérité: du coté liberal, la déclaration sans ambiguité réjouis tous les défenseurs des droits civils, et pas seulement aux Etats-Unis. Barack Obama devait se prononcer avant la convention démocrate, qui se tiendra en septembre à Charlotte, en Caroline du Nord. Mais la « gaffe » de Biden aura précipité les choses.

Vendredi, la nouvelle fait toujours une bonne partie de l’actualité. Il apparait que la réaction des républicains, pour l’instant, est plutôt mesurée. Les commentateurs de Fox News s’étouffent d’indignation, mais le candidat Romney est resté discret, sentant que la question est une trop bonne occasion pour Barack Obama de parler d’autre chose que de son bilan économique. D’ailleurs, le pays semble divisé puisqu’un récent sondage montre que 50% des Américains se prononceraient en faveur de droits égaux pour les couples de même sexe. Plus intéressant, un autre sondage montre que 60% des Américains déclarent que la position de Barack Obama sur la question ne modifie pas leur intention de vote. Mais comme le relève le Washington Post, la prise de position du Président n’est pas pour autant sans risque.

Cette annonce semble donc être pour l’instant un très joli coup politique pour le candidat Obama. Mais pas seulement. De gros donateurs, parmi la communauté gay, s’étaient montrés réticents jusqu’ici à financer la campagne démocrate. Depuis, les dons ont déferlé.

Après un diner de campagne avec Georges Cloney qui aurait rapporté 15 millions de dollars, un soutien démocrate d’Hollywood expliquaient même dans Hardball, sur CNBC, vendredi 11 mai, que la prise de position de Barack Obama était déterminante dans son récent succès de récolte de fonds à Hollywood.

Toute la semaine, commentaires et annalyses se sont succédés, notamment parce qu’après cette prise de position, la suite que lui donneront l’administration et les Etats est plus qu’incertaine.

Le marriage pour les couples de même sexe existe depuis 2004 dans le Massachusetts. Depuis, il a été légalisé à New York, dans le Connecticut, le New Hampshire, l’Iowa, le Vermont et Washington DC. Récemment, le gouverneur du New Jersey a opposé son veto à une loi allant dans le même sens. En Virginie, début mai, un article visant à interdire le mariage entre personnes de même sexe a été ajouté à la Constitution, par un vote.

Ajout du 25 mai 2012: Je vous recommande cet article de 538, le blog du New York Times qui parle chiffres dans la campagne. Il montre que « l’évolution » de l’opinion de Barack Obama quant au marriage gay semble manifester un changement au sein de la population afro-américaine: auparavant majoritairement opposés au mariage gay, les noirs ne seraient plus que 49% à se prononcer contre. Le blog note encore que, de JayZ à Collin Powell, plusieurs personnalités afro-américaines de premier plan se sont récemment prononcés en faveur de ce droit.

Publicités

Commentaires fermés sur Obama et le mariage gay: une affaire de coeur, d’argent et de politique

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.