Wisconsin: le Gouverneur Walker garde son siège


 Devancé dans les sondages, le maire démocrate de Milwaukee Tom Barrett se devait d’obtenir une bonne avance chez lui pour espérer renverser le Gouverneur du Wisconsin Scott Walker. Moins de 30 minutes après la fermeture des bureaux de vote, c’était mal parti pour le candidat soutenu par Bill Clinton et par la Maison Blanche. Le Gouverneur obtenait une courte avance dans le comté de son adversaire. Dans la soirée, les résultats confirmaient l’échec du recall.

En 2010, les républicains remportent les élections au Wisconsin, obtenant la majorité des deux chambres tandis que le poste de Gouverneur revient à Scott Walker. Il impose un budget de rigueur qui met notamment fin aux droits d’action collective (collective bargaining) des employés du secteur public. Durant l’hiver 2011, dans la foulée de manifestations importantes, de l’occupation du Capitole et de la fuite des députés démocrates (qui quittent l’Etat pour empêcher la tenue d’un vote), près de 900 000 signatures sont récoltées afin de renverser le Gouverneur (un demi-million suffisait). Cette procédure exceptionnelle, le recall, a donné lieu à des campagnes féroces et chères, mobilisant les ténors des deux partis, qui semblaient considérer ce vote comme une répétition générale dans un Etat qui a voté démocrate à la présidentielle depuis 1988, mais qui est considéré comme un swing state en raison de la victoire républicaine de 2010.

Ces derniers jours, la Maison Blanche tentait de minimiser l’importance de ce vote: « Je ne crois pas qu’une élection où le candidat républicain dépense 8 fois plus que son adversaire veuille dire grand chose à propos des élections suivantes », a expliqué Jay Carney, le porte-parole de Barack Obama, laissant entendre que celui-ci, ayant « d’autres responsabilités », ne suivait l’élection que d’un œil. Il avait toutefois soutenu le candidat démocrate.

A lire également: 

Publicités

Commentaires fermés sur Wisconsin: le Gouverneur Walker garde son siège

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.