Au diable les conventions


Rétrospectivement, la décision de délocaliser le QG de la Semaine Américaine en Géorgie était peut-être mal avisée. A part un comparatif raisonné des recettes traditionnelles de peach cobbler entre Savannah et Charleston et un résumé de la carrière de Newt Gingrich en brèves de comptoir, cette translation momentanée n’a pas eu d’effet bénéfique sur le contenu de la Semaine. Donc, retour à New Haven et pour commencer, petit rappel.

La convention républicaine devait être le coup de reins qu’il restait à Romney pour dépasser Obama dans les sondages, alors qu’il le secondait d’extrêmement près depuis le début de la campagne. Après les discours de Marco Rubio, Condoleezza Rice et Paul Ryan, ça devait passer: ils furent brillants, salués… mais vite remis en place: à la réflexion, Ryan avait pris des libertés avec des faits facilement vérifiables, Rice et Rubio ont fait de l’ombre au discours larmoyant du candidat, et tous ont été surpassés par la soudaine notoriété d’une chaise vide grossièrement décapée par un Clint Eastwood en mode impro.

La convention démocrate de Charlotte, qui suivait Tampa de près comme on donne les derniers mots à la défense, a montré un Obama pareil à lui-même, sachant livrer un bon discours quand c’est nécessaire. J’en archiverai les extraits prochainement. Mais, une fois n’est pas coutume, il s’est fait aussi voler la vedette par un de ses défenseurs, qui après quelques errements se révélera un soutien essentiel: l’ancien président Bill Clinton a soulevé un enthousiasme explosif lors d’un discours fleuve de 50 minutes. Découverte attendue, celle du désigné keynote speaker: la position grâce à laquelle Barack Obama atteignait la célébrité en 2004 était offerte au maire de San Antonio, Julian Castro, qui s’est révélé une valeur sur laquelle compter dans les prochaines années. Fait surprenant, le discours le plus suivi, d’après ce ranking aura été celui du vice-président Joe Biden.

Fausse note à Charlotte: l’assemblée a voté pour que Jérusalem soit désignée capitale d’Israel dans la plateforme démocrate. Les Yea étant très difficiles à distinguer des Nay dans la foule, le chairman procédant au vote a repris sa question deux fois, avant de conclure dans le sens désigné à l’avance sur son prompteur.

Dans l’ensemble, la convention démocrate s’est démarquée notamment par la diversité de son public, que même les commentateurs habitués ne peuvent s’empêcher de remarquer. Mais ces deux événements préparés et calibrés à l’extrême ne méritent globalement pas la couverture médiatique dont ils bénéficient, et qui est souvent raillée par ceux-là même qui s’en sont chargés.

Résultat des opérations: Mitt Romney n’a pas bénéficié du sursaut attendu, et même pas de l’habituel convention bounce. Barack Obama s’est lui écarté de la zone rouge, à raz les courbes de Mitt Romney, pour progresser notablement dans les swing states comme l’Ohio ou la Floride

Photo: espace de co-working de Jekyll Island, Georgia. © 2012 loé
Publicités

Commentaires fermés sur Au diable les conventions

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.