Maladie de Lyme: Mitt Romney s’attaque aux tiques


En 1975, dans la petite localité de Lyme, sur la rive est de la Connecticut, près de New Haven, deux enfants sont soignés pour arthrite rhumatoïde juvénile. Leur mère, Polly Murray, alerte les autorités sur le fait qu’elle connait d’autres enfants souffrant des mêmes symptômes. Un rhumatologue alors à Yale, Allen Steere, est appelé. Les informations de Polly Murray et ses propres investigations lui permettent de contacter 39 enfants et 12 adultes atteints des mêmes symptômes. Certains disent avoir été affectés par des problèmes de peau mais aucun ne se souvient avoir été mordu, et c’est un médecin européen en visite à Yale qui aurait mis Allen Steere sur la piste des tiques. Entre 1977 et 2007, Allen Steere rédigera 200 articles consacrés à la maladie désormais dite « de Lyme », provoquée par les morsures de tiques. En 1998, le gouverneur du Connecticut fit officiellement du 24 septembre la « journée Allen Steere.

Environ 30’000 cas sont diagnostiqués chaque année aux Etats-Unis. La maladie n’est pas également présente sur tout le territoire, mais est concentrée essentiellement dans le nord est et le nord Midwest, comme le montre la carte des CDC (Centers for Disease Control and Prevention).

En 2012

Mitt Romney a fait de la lutte contre la maladie de Lyme un axe essentiel de sa campagne… du moins en Virginie, comme nous l’apprend Mother Jones. Des courriers estampillés Romney/Ryan alertent les Virginiens au sujet de la maladie. Ce faisant, Mitt Romney se jette dans une controverse déjà ancienne sur la nature chronique de la maladie, et son traitement par antibiotique.

La Virginie semble bien loin d’être touché comme le Wisconsin ou même le Connecticut, cependant, selon le document de la campagne obtenu par Weekly Standard, Mitt Romney ne fait pas dans la dentelle: « Une épidémie de masse menace la Virginie », peut-on lire sur le courrier. Le candidat réclame de « faciliter aux médecins l’usage d’antibiotiques avec toute l’agressivité requise ».

En attendant, Mother Jones ironise sur le fait que la maladie de Lyme devrait étendre son territoire en raison du réchauffement climatique. Mitt Romney, rappelle le magazine de gauche, ne croit pas à l’origine humaine du réchauffement climatique, et considère qu’il n’est pas raisonnable de dépenser des milliards de dollars pour limiter les émissions de CO2.

Bite me I’m famous

Ötzi, le plus vieil européen connu, décongelé en 1991 sur la frontière austro-italienne, et George Bush, 43è président des Etats-Unis ont (au moins) un point en commun: ils ont tous deux été atteints de la maladie de Lyme

Publicités

1 commentaire

Classé dans From New Haven with love

Une réponse à “Maladie de Lyme: Mitt Romney s’attaque aux tiques

  1. justine

    une campagne sur une maladie géolocalisée ca frise le ridicule

    Justine