Mitt Romney repasse à l’attaque



« Barack l’a essoré! Il est à bout! » Mitt Romney n’a pas impressionné Anthony Spinelli. Volontaire dans l’équipe de campagne d’Obama à New Haven, ce quinquagénaire a organisé l’une des 4000 « Debate Watching Party » dans un bar latino de la périphérie de New Haven. Son enthousiasme n’est pas entamé. Pourtant, parmi les cinquante personnes présentes, les applaudissements ont été peu nombreux. Quelques grimaces s’échangent lorsqu’un Mitt Romney combattif accuse Barack Obama d’avoir passé deux ans à défendre l’Obamacare et coûté des emplois à l’économie américaine. A peine le débat terminé, les commentateurs déclarent la victoire de Mitt Romney. Il va sans doute reprendre quelques points à son adversaire dans les intentions de vote.

« Incontestable: Obama trébuche » titre Politico. Pour le Washington Post, « Romney attaque, forçant Obama à défendre son bilan ». « Romney a gagné le débat. Mais sera-ce suffisant? », se demande le New Republic. The Atlantic, une revue favorable à Obama, concède la défaite, tout en expliquant que Barack Obama n’a pas complétement foiré son débat: « Romney était agressif et s’en est bien sorti. Ça aide, quand on peut ne pas se soucier de ses propres positions et compter sur la mémoire imparfaite des électeurs ». « J’ai dit que la presse libérale ne permettrait jamais de dire que Mitt Romney a gagné le débat. Le seul moyen qu’il auront désormais c’est de dire que ça ne va pas changer le cours des choses », commente un éditorialiste de la conservatrice National Review Online.

Sur l’ensemble du débat, Barack Obama a souvent été acculé à défendre son bilan par des explications compliquées et précises. Quant à Mitt Romney, il a souvent été en mesure de nier les défauts que lui attribuent la campagne Obama, comme celui d’avoir délocalisé des emplois (« J’ai 25 ans de business derrière moi et je ne vois pas du tout de quoi vous parlez »), de vouloir abroger la nouvelle législation sur les banques (Dod Frank Act). Tous deux ont apparemment tordu la réalité à quelques reprises. Le New York Times fait la liste des petits et gros mensonges.

Les débats sont restés très concentrés sur l’économie. Même si les questions internationales ne devaient pas être abordées avant le prochain débat, certain espéraient ou estimaient que Mitt Romney trouverait une brèche pour aborder la question de la Syrie et du récent attentat contre l’ambassade Américaine. Il était aussi question que Barack Obama reviennent sur l’affaire des 47%, au moins par l’ironie, mais ça n’a pas été le cas.

Photo: © 2012 loé – West Haven

Publicités

Commentaires fermés sur Mitt Romney repasse à l’attaque

Classé dans 7 jours, 7 nuits

Les commentaires sont fermés.