C’est tendu, chez les pollster


Est-il légitime d’annoncer qui va gagner avant la tenue d’une présidentielle? C’est bien, en filigrane, la question qui surgit à la faveur d’une querelle  entre deux commentateurs de premier plan. Nate Silver, de FiveThirtyEight, le blog du New York Times spécialisé dans l’analyse des sondages, vient de parier 2000 dollars avec Joe Scarborough sur l’issue de l’élection. Ancien député (R) de Floride à la Chambre des Représentants, reconvertit en journaliste radio et télé, Joe Scarborough est à la manoeuvre au Morning Joe de MSNBC. Scarborough a accusé Silver de parti pris, pour avoir annoncé depuis des mois la victoire d’Obama, chiffres à l’appui.

Suivez la fin de la campagne avec la Semaine Américaine: @sokiosque, sur Twitter

Le pari, fait semble-t-il sous le coup de la fatigue et du stress, vaut à Nate Silver une réprimande du Public Editor du New York Times (L’ombudsman, dira-t-on en Romandie). Mais il pose aussi la question de l’usage massif des sondages par les médias. Les études sont très nombreuses et divergent souvent. Dès lors, les analystes utilisent des algorithmes pour les agréger et donner une tendance. Nate Silver le fait par exemple en donnant une probabilité de gagner. Ce n’est donc pas une moyenne des sondages, mais un calcul du nombre de fois où un scénario donné se réalise si on applique des modèles aux données agrégées pour calculer l’issue du vote du Collège Electoral . Mitt Romney a connu une embellie dans les sondages, toutefois, comme je l’ai souvent expliqué ici, ça n’a pas changé fondamentalement les prévisions s’agissant du Collège Electoral. La critique républicaine est donc centrée sur le fait de n’avoir pas vu se refléter cette embellie dans la couverture de la campagne.

De manière générale, les analystes en question considèrent ces jours, comme celui du Washington Post, qu’il faudrait que les sondages se soient vraiment trompés de beaucoup pour que Mitt Romney passe. A ce propos toujours, lire Votamatic. Dans « Peut-on faire confiance aux sondages, l’auteur considère qu’un échec de la prévision serait un revers majeur pour le secteur entier.

Publicités

Commentaires fermés sur C’est tendu, chez les pollster

Classé dans Briefing

Les commentaires sont fermés.