Archives de Catégorie: Briefing

Frémissement ambigu des chiffres du chômage

Certains secteurs embauchent, sur la Côte Est. Storrs, CT © 2012 – Luc-Olivier Erard

La publication des chiffres du chômage étant devenu des étapes clé dans la campagne telle qu’elle est racontée par les médias, le résultat de ce mois, le dernier avant la présidentielle de mardi, provoque bien sûr quelques remous.

Supérieur à 8% depuis le début 2009 (notre carte ici), le taux de chômage est descendu à 7,8 en septembre, puis remonté à 7,9 en octobre, selon le Bureau of Labor Statistics. Mais le nombre d’emplois, lui, a bien progressé de 141 000. Dans leurs derniers meetings, Barack Obama et Mitt Romney ont commenté cette actualité: pour le premier, c’est un signe, certes timide, que la croissance revient: « Nous avons appris ce matin que les entreprises avaient engagé plus de personnel en octobre qu’elles ne l’avaient fait au cours des huit derniers mois »; tandis que pour Mitt Romney c’est le signe de l’échec de Barack Obama: « Ces chiffres rappellent tristement que l’économie est pour ainsi dire au point mort ».

Ces chiffres sont-ils susceptibles de jouer un rôle dans l’élection de mardi? Selon une analyste citée par CNN, ce ne sera pas le cas parce que le résultat de ce mois colle aux messages déjà bien rôdé des deux campagnes.

Pour TIME, ces chiffres sont une bonne nouvelle… pour le prochain président. Un commentateur y note que le dixième de point perdu est le signe que plus d’Américains reviennent sur le marché du travail . « Ne vous laissez pas berner par les acrobaties des partis », indique en substance le journal. Les nouvelles économiques mettent du temps à être digérées par l’électorat: personne ne va imprimer la feuille du Bureau des statistiques pour aller à l’isoloir ».

Commentaires fermés sur Frémissement ambigu des chiffres du chômage

Classé dans Briefing

C’est tendu, chez les pollster

Est-il légitime d’annoncer qui va gagner avant la tenue d’une présidentielle? C’est bien, en filigrane, la question qui surgit à la faveur d’une querelle  entre deux commentateurs de premier plan. Nate Silver, de FiveThirtyEight, le blog du New York Times spécialisé dans l’analyse des sondages, vient de parier 2000 dollars avec Joe Scarborough sur l’issue de l’élection. Ancien député (R) de Floride à la Chambre des Représentants, reconvertit en journaliste radio et télé, Joe Scarborough est à la manoeuvre au Morning Joe de MSNBC. Scarborough a accusé Silver de parti pris, pour avoir annoncé depuis des mois la victoire d’Obama, chiffres à l’appui.

Suivez la fin de la campagne avec la Semaine Américaine: @sokiosque, sur Twitter

Le pari, fait semble-t-il sous le coup de la fatigue et du stress, vaut à Nate Silver une réprimande du Public Editor du New York Times (L’ombudsman, dira-t-on en Romandie). Mais il pose aussi la question de l’usage massif des sondages par les médias. Les études sont très nombreuses et divergent souvent. Dès lors, les analystes utilisent des algorithmes pour les agréger et donner une tendance. Nate Silver le fait par exemple en donnant une probabilité de gagner. Ce n’est donc pas une moyenne des sondages, mais un calcul du nombre de fois où un scénario donné se réalise si on applique des modèles aux données agrégées pour calculer l’issue du vote du Collège Electoral . Mitt Romney a connu une embellie dans les sondages, toutefois, comme je l’ai souvent expliqué ici, ça n’a pas changé fondamentalement les prévisions s’agissant du Collège Electoral. La critique républicaine est donc centrée sur le fait de n’avoir pas vu se refléter cette embellie dans la couverture de la campagne.

De manière générale, les analystes en question considèrent ces jours, comme celui du Washington Post, qu’il faudrait que les sondages se soient vraiment trompés de beaucoup pour que Mitt Romney passe. A ce propos toujours, lire Votamatic. Dans « Peut-on faire confiance aux sondages, l’auteur considère qu’un échec de la prévision serait un revers majeur pour le secteur entier.

Commentaires fermés sur C’est tendu, chez les pollster

Classé dans Briefing

Le maire de New York Michael Bloomberg votera Barack Obama

Brooklin Bridge and The City

New York – © 2011 – Loé

Le climat se réchauffe entre Michael Bloomberg et Barack Obama. Le maire indépendant de la première ville des Etats-Unis, durement touchée par l’ouragan Sandy, vient d’annoncer qu’il soutenait désormais Barack Obama. Alors que le débat fait rage depuis plusieurs jours pour savoir à quel point le réchauffement climatique peut être rendu responsable de la survenue de l’ouragan historique, Michael Bloomberg plonge dans la mêlée.

Dans un édito publié sur Bloomberg View et sur son propre site Internet, le fondateur de l’agence Bloomberg, qui en est à son troisième mandat de maire, demande de réélire Barack Obama, « Un président qui mènera la lutte contre le changement climatique ». Le New York Times relève qu’en 2008, Michael Bloomberg n’avait soutenu aucun candidat.  Depuis, il s’est montré très critique tant envers le Président qu’envers le candidat républicain.

Michael Bloomberg, qui a innové dans plusieurs domaines comme la réduction de l’emprunte carbonne, l’interdiction des grandes tailles de boissons sucrées, l’augmentation des quantité d’herbe donnant lieu à une arrestation, ne fait pas que soutenir Barack Obama. Ses critiques du climat politique de Washington tout comme de Mitt Romney sont sévères. Citant un partenariat avec les plus grandes villes du monde, il estime que les gouvernements locaux se sont montrés actifs là où les Etats ne le sont pas.

J’aurais pu voter pour la version 1994 ou 2003 de Mitt Romney », écrit Michael Bloomberg, parce que les résultats des quatre dernières années l’ont décu. Cependant le républicain a renoncé aux positions judicieuses qu’il a pris par le passé en matière d’avortement, d’immigration, de trafic d’armes et de santé publique. Il renie aujourd’hui même la loi sur la santé qu’il a fait passer dans le Massachusetts, regrette le Maire.

Ce revirement repris par de nombreux médias paraissait improbable il y a peu de temps encore, alors que Michael Bloomberg accordait un interview au Times pour renvoyer dos à dos les deux candidats. Il faut croire que depuis, l’eau à coulé, pas seulement sous les ponts.

Commentaires fermés sur Le maire de New York Michael Bloomberg votera Barack Obama

Classé dans Briefing

Rest of the world: le débat

Washington, DC © 2012 Loé

« Ossama Bin Laden is dead and General Motors is alive! »

En répétant son mantra de meeting en meeting puis à la Convention démocrate de Charlotte en septembre, le Vice-Président Joe Biden mettait sur un pied d’égalité les politiques économique et étrangère comme elles ne l’ont plus été depuis longtemps dans une campagne présidentielle américaine.

Entre le nucléaire iranien, l’attentat en Libye et la compétition économique avec la Chine; le devenir du Proche-Orient, en particulier d’Israël, de la Palestine et de l’Egypte; la guerre en Afghanistan, les relations avec l’Europe et la Russie, le menu du dernier débat présidentiel de lundi, consacré à la politique extérieure, sera copieux. Pas sûr qu’il laisse beaucoup de place à l’une des réussites marquantes du Président: avoir débarrassé les Américains de leur pire cauchemar.

Il ne faut cependant pas en attendre grand chose, avertit Foreign Policy: « Ces dernières semaines, écrit la revue, le débat sur la politique étrangère s’est progressivement focalisé sur des banalités ». Cet état de fait en dit long sur les deux candidats: « Barack Obama estime qu’il y a peu de points de son bilan international sur lesquels il peut s’aventurer sans risque, tandis que Mitt Romney a si peu de convictions et recherche si désespérément l’approbation du public qu’il est prêt à se positionner n’importe comment pourvu qu’il embarrasse son rival. Lire la suite

Commentaires fermés sur Rest of the world: le débat

Classé dans Briefing

Débat de Denver: Plus de 70 millions d’Américains devant leurs écrans

Le débat de mercredi soir a draîné plus de 70 millions de spectateurs, selon les calculs du New York Times: Brian Stetler, du Media Decoder, estime en effet que plusieurs millions de personnes doivent être ajoutés à l’audience des télévisions, établie par Nielsen à 67,2 millions de personnes.

L’étude ne compte pas les personnes qui ont regardé le débat hors de chez eux, au bureau, dans les bars ou les aéroports. Et ne prend pas non plus en compte les connexions par téléphone, tablettes et ordinateurs. Youtube revendique plusieurs millions de connexions, et CNN 1,2 millions de supports branchés sur le streaming. Des audiences qui ne constituent pas un record absolu, établi lors du match Carter/Reagan en 1980: 80,6 millions. En 2008, le premier débat entre Barack Obama et John Mc Cain n’avait rassemblé que 52 millions de spectateurs. Mais il s’était tenu un vendredi.

Commentaires fermés sur Débat de Denver: Plus de 70 millions d’Américains devant leurs écrans

Classé dans Briefing

L’Amérique passe au vote. Avantage aux équipes au sol

Le vote anticipé a commencé dans plusieurs Etats. Un nombre record d’électeurs pourraient en faire usage cette année. C’est la Caroline du Nord qui a ouvert les feux le 6 septembre. Et de manière générale, les médias tendent à considérer que cette procédure est favorable à Barack Obama parce qu’elle permet aux organisations militantes d’aller à la pêche aux votes sur une période plus étendue que le seul jour du scrutin. Et hier, sur CNN, les analystes interrogés estimaient que Barack Obama avait probablement conservé son avance en termes d’organisation de terrain. Bien que les détails des opérations ne soient pas connus, la campagne Obama revendique deux fois plus de personnel au sol que l’équipe Romney, qui tente de combler son retard.

Lire la suite

Commentaires fermés sur L’Amérique passe au vote. Avantage aux équipes au sol

Classé dans Briefing

Tampa: de quoi les Républicains vont-ils parler?

Après un jour de retard dû à l’arrivée de l’ouragan Isaac, la convention républicaine s’est finalement ouverte mardi et domine l’actualité. Mais qu’est-ce qui intéresse les Américains? Ils sont significativement moins intéressés par le discours que s’apprête à donner Mitt Romney qu’ils ne l’étaient par celui de John Mc Cain il y a quatre ans. Les discours les plus attendus sont ceux du VP proposé Paul Ryan, coté républicain, et celui de l’ancien président Bill Clinton, coté démocrate.  Mais en matière de convention, ce qui figure au premier rang des préoccupations, c’est le programme. Eh oui! ce sont les conclusions d’un sondage Pew sur l’intérêt porté par les Américains aux deux grands rendez-vous politique de cet été de campagne. Globalement, les conventions « intéressent » environ 4 Américains sur 10.

Et donc, en tête de l’intérêt manifesté autant par un bord que par l’autre: les propositions. Celles que les républicains s’apprêtent à adopter sont déjà discutées sur la toile, sur un site participatif mis en place par le parti.

Le programme républicain passé en revue

  • Le Huffington Post a extrait les « dix propositions les plus extrêmes ». Parmi celles-ci, on trouve le retour à l’illégalité de l’avortement, sans exception. En matière économique, le parti veut « étudier le retour à l’étalon-or », abandonné en 1971. Et le document exclue une hausse des impôts, la seule bonne raison envisagée pour augmenter les revenus fédéraux étant… la guerre. Mais une guerre sans les femmes: la plateforme prévoit de les bannir du champ de bataille, proposition à laquelle Mitt Romney n’adhère pas.
  • Le Washington Post examine l’historique de quelques questions sociales dont le GOP s’est emparé, et décrit le glissement d’un parti modéré et progressiste vers un mouvement de plus en plus conservateur, à partir de la fin des années 60. L’avortement n’a pas toujours fait partie des préoccupations premières du parti, son avis sur l’existence d’un Etat palestinien a changé, et il a même, durant l’ère Bush’41, commencé à débattre du réchauffement climatique…
  • En matière d’énergie, le programme propose une extension tous-azimuts des forages pétroliers, notamment en Arctique, la construction du pipeline Keystone XL, et la limitation de la législation en matière de gaz à effet de serre. Le blog de The Hill consacré à l’environnement détaille ces propositions.

Commentaires fermés sur Tampa: de quoi les Républicains vont-ils parler?

Classé dans Briefing

En Pennsylvanie, la justice soutient une loi qui complique le vote

Pour voter en Pennsylvanie, il faudra montrer patte blanche. La justice vient de refuser de suspendre la loi, introduite par la majorité républicaine de ce Swing State, qui oblige les personnes souhaitant voter à montrer une « Photo ID », une pièce d’identité officielle munie d’une photo. Officiellement censé lutter contre la fraude électorale, pourtant jugée inexistante par toutes les études qui se sont penchées sur la question, le texte est largement considéré par ses détracteurs comme un moyen de limiter la participation au vote de certaines minorités.

Il se trouve parmi celles-ci un nombre significativement plus élevé de personnes âgées et pauvres qui ne bénéficient pas des documents demandés. Le vote y est significativement plus démocrate que dans la population en général. Le Gouverneur de l’Etat s’est par ailleurs félicité, lors du passage de la loi, du fait qu’elle « donnera l’Etat à Mitt Romney » lors de l’élection de novembre (résumé de l’affaire à la John Stewart)

L’absence de pièce d’identité comme le permis de conduire ou l’autorisation de travail, par exemple, peut paraître un phénomène marginal. Mais, comme toujours, il faut se rappeler que dans un Swing State, chaque voix compte. D’autre part, de nombreuses démarches administratives au niveau des villes ou de l’Etat peuvent, aux Etats-Unis, se faire sur la seule foi d’une enveloppe timbrée de n’importe quelle provenance, pourvu qu’elle vous soit adressée nommément à votre domicile.

La mise en place de lois encadrant plus sévèrement le droit de vote est quasi générale dans les Etats républicains. Des groupes de défense des droits civils ont promis de faire recours à la Cour suprême de Pennsylvanie.

L’un des derniers sondages disponibles, publié par CNN, donne Barack Obama gagnant en Pennsylvanie par 45% contre 38% pour Mitt Romney. La différence se situe dans la marge d’erreur. En 2008, Barack Obama avait battu John Mc Cain de 10 points, mais en 2010, les conservateurs se sont emparés d’un siège au Sénat, de cinq sièges à la Chambre des Représentants, et du fauteuil de Gouverneur.

  • Propublica donne un aperçu complet de la situation au niveau national ici.
  • Le Washington Post relate les derniers développements de l’affaire de Pennsylvanie ici.
  • Auparavant, dans la Semaine américaine: Entraves au vote sans précédent.

Commentaires fermés sur En Pennsylvanie, la justice soutient une loi qui complique le vote

Classé dans Briefing

Les sondages ne prédisent rien. Et alors?

Chaque jour de campagne amène son lot de sondages. Ils peuvent porter sur les sujets qui préoccupent les répondants, l’avis sur un sujet d’actualité ou un aspect particulier de la campagne. Cependant, les journaux publient essentiellement les réponses à la question « Si l’élection avait lieu aujourd’hui, pour qui voteriez-vous? »

La réponse varie de jour en jour et de sondage en sondage. La radio NPR a récemment demandé à un expert si les enquêtes de mai pouvaient permettre de déterminer le vainqueur de novembre. Surprise! La réponse est non. Pas plus que la victoire à l’Alpe d’Huez ne permet de donner le vainqueur du Tour de France. Pas plus que le score de Roger Federer après le premier set ne permet d’augurer du résultat d’un match. Et pourtant, le commentaire sportif existe toujours. La différence, c’est qu’on a encore jamais vu un commentaire influencer un match. Lire la suite

Commentaires fermés sur Les sondages ne prédisent rien. Et alors?

Classé dans Briefing

Mitt Romney: « le Président Obama a échoué »

Après avoir remporté les Etats du Delaware, de Pennsylvanie, de Rhode Island, du Connecticut et de New York, Mitt Romney a mis fin aux primaires républicaines en prononçant, le 24 avril 2012 à Manchester (New Hampshire), le discours qui lance sa campagne contre Barack Obama. Les commentateurs semblent tomber d’accord avec ce dont ils se sont moqués il n’y a pas si longtemps: c’est une tout autre campagne qui débute. C’est ni plus ni moins ce qu’avait voulu dire Mitt Romney en utilisant l’image du Etch-a-sketch, ce jouet en plastique qui permet d’effacer et de recommencer un dessin à l’infini.

Mais il est vrai que le discours pouvait donner l’impression d’un nouveau Mitt Romney. De la répartie, de l’enthousiasme, des formules chocs, et peu risqué en termes politiques. « Lourd en réthorique, léger en propositions » résume Politico. En un mot: populiste. Mais derrière la Grandeur de l’Amérique et la promesse de libérer l’économie de la bureaucratie qui l’empêche de créer des emplois, de limiter d’un même coup de sabre le poids de la dette et l’ingérance de l’Etat dans les affaires privées. Un processus qui peut se comparer au discours qu’on entend en Europe avec une différence notoire: le mot « réforme » en est absent (à part dans le cas précis des « Tax reforms »).

Dans les cinq Etats, Mitt Romney l’emporte avec une confortable avance, entre 56% (dans le Delaware, ou Newt Gingrich fait son meilleur score à 27%), et le Connecticut, où il obtient 67%. Newt Gingrich pourrait officiellement laisser tomber jeudi, alors qu’il a déjà sous-entendu depuis des semaines qu’il ne sera pas le candidat républicain.

Lisez l’intégralité du discours de Mitt Romney en français.

Commentaires fermés sur Mitt Romney: « le Président Obama a échoué »

Classé dans Briefing

Mitt Romney gagne dans 6 Etats dont l’Ohio. Santorum n’est pas KO.

(Mise à jour 10:25) Carte actuelle des primaires républicaines. Mitt Romney a remporté 14 Etats à ce jour, Newt Gingrich 2, Rick Santorum 6 et Ron Paul aucun. Certains Etats attribuent tous les délégués du parti au candidat arrivé en tête. D’autres les répartissent sur la base de circonscriptions électorales ou à la proportionnelle. Enfin, certains délégués ne sont pas attribués à un candidat et restent libres de leur choix. Le compte des délégués sur le site du New York Times.

Mitt Romney va accroitre son avance dans la course à l’investiture républicaine, « sans toutefois mettre son principal adversaire définitivement KO » relève Politico. Il a fallu attendre les premières heures de mercredi pour que le sort de l’Ohio, très disputé, soit fixé. Neuf autres Etats étaient en jeu: la Géorgie revient à son plus célèbre représentant, l’ancien Speaker Newt Gingrich. Mitt Romney remporte cinq autres Etats (Alaska, Vermont, Massachusetts, Virginie et Idaho), et Rick Santorum trois (Oklahoma, Tennessee, Dakota du Nord).

carte: wikipedia+loé

Commentaires fermés sur Mitt Romney gagne dans 6 Etats dont l’Ohio. Santorum n’est pas KO.

Classé dans Briefing

Mitt Romney remporte les primaires du Michigan et d’Arizona

Mitt Romney vient de remporter une victoire importante dans l’Etat où il a grandi et dans lequel son père était gouverneur. Le candidat républicain y a remporté les primaires avec 41% des voix. Rick Santorum obtient 38%, Ron Paul 12% et Newt Gingrich 6%. Des 30 délégués en jeu, 2 sont acquis au vainqueur, les autres seront répartis proportionnellement. L’ancien gouverneur du Massachusetts a aussi remporté l’Arizona (29 délégués à celui qui compte le plus de voix), avec 47% des voix. Rick Santorum obtient 27%, Newt Gingrich 16%, et Ron Paul 8%.

Considéré comme vainqueur probable au Michigan depuis lontemps (il avait déjà gagné en 2008), il a fait face dans les deux dernières semaines à une campagne intensive de Rick Santorum, qui aurait pu engranger une victoire symbolique en délogeant Romney. Mais ça ne s’est pas produit. Même en concentrant leurs efforts, les soutiens de Santorum ne sont pas à la hauteur de ceux de Romney. L’analyse des dépenses de campagne par ProPublica montrent que sur 5 millions de dollars dépensés par les superPACs au Michigan, 3 l’ont été par Restore Our Future, qui soutient Romney. Sur cette somme, deux millions ont été dépensés en publicité négative contre Rick Santorum, alors que les superPACs pro Santorum n’ont pu dépenser dans cette même campagne que 1,8 millions, en tout.

Le 3 mars prochain auront lieu les primaires de l’Etat de Washington (nord ouest), avant le Super Thusday pendant lequel vingt Etats seront disputés, dont la Géorgie (76 délégués) et l’Ohio (66). 1144 délégués sont nécessaires pour obtenir la nomination. Mitt Romney s’en assure pour l’heure 139.

Politico propose cinq leçons à tirer du scrutin. Parmi celles-ci, la dernière est en forme de question: pourquoi Ron Paul, loin derrière avec 18 délégués, reste-t-il dans la course? La réponse passe peut-être par son fils, le sénateur du Kentucky Rand Paul, à qui Ron tenterait d’assurer un rôle de choix, dans cette élection ou dans la suivante, en 2016.

Commentaires fermés sur Mitt Romney remporte les primaires du Michigan et d’Arizona

Classé dans Briefing

Rick Santorum: du champ pour un candidat indépendant?

Rick Santorum by Gage SkidmoreRick Santorum n’est, selon toute vraisemblance, pas susceptible de remporter l’élection présidentielle: trop peu connu, désargenté par rapport à ses concurrents, cet extrémiste religieux qui disait en 2008 que les protestants ne sont plus chrétiens et dénonce aujourd’hui Barack Obama pour ne pas tenir un agenda basé sur la bible (mais « sur une autre théologie ») fut l’étoile montante du parti républicain. En 1990, à 32 ans, il est élu à la chambre des Représentants et réussit ensuite à se faire élire au Sénat, siège qu’il perd en 2000. Depuis, il reste présent dans l’arène publique notamment grâce à ses apparitions sur Fox News.

Aujourd’hui, après avoir remporté les primaires d’Iowa, du Minesota et du Colorado (et pris une option sur le Missouri), il est devenu un vrai cailloux dans la chaussure de Mitt Romney. Comme pour tous ceux à qui c’est arrivé jusqu’ici (Newt Gingrich, Rick Perry, Herman Cain), cette vague en dit surement plus sur les faiblesses de Mitt Romney que sur l’éventualité d’un duel avec Obama. Lire la suite

Commentaires fermés sur Rick Santorum: du champ pour un candidat indépendant?

Classé dans Briefing

Primaires: Nevada

Mitt Romney a remporté les caucus du Nevada (42% des voix, avant livraison des résultats de Las Vegas). Il aurait largement bénéficié du soutien des mormons. Ils représentaient un votant sur 4 et ont voté Romney à 91%, selon un sondage à l’entrée des urnes cité par Politico.

  • Il n’y avait que 28 délégués en jeu au Nevada. Mais la première primaire de l’ouest permet de tester la popularité du millionnaire du Massachusetts auprès de la tendance conservatrice (il avait « raté » la Caroline du Sud). Toujours d’après Politico, ça serait réussi: alors que trois votants sur quatre disaient supporter le mouvement du Tea Party, Romney obient 51% de leurs voix (mais ce groupe recoupe au moins en partie les mormons, rappelle le journal).
  • Dan Balz, au Washington Post, explique pourquoi, si le Nevada n’est pas une étape capitale dans les primaires, il en sera autrement lors de l’élection. C’est l’Etat qui connait le plus haut taux de chômage, et qui a connu le plus de saisies immobilières.
  • Le New York Times considère la victoire de Romney comme « décisive », parce qu’elle manifeste un regain de confiance dans Mitt Romney auprès des votants qui se disent soit concervateurs, soit sympatisants du Tea Party. Le journal relève par ailleurs que Newt Gingrich veut rester dans la course, de même que Ron Paul. Celui-ci cherche avant tout à récolter des délégués dans les Etats qui les répartissent à la proportionnelle, afin que la tendance qu’il représente puisse faire valoir son point de vue lors de la Convention.

Commentaires fermés sur Primaires: Nevada

Classé dans Briefing

Mitt Romney gagne en Floride

Mitt Romney Mitt Romey a remporté la primaire républicaine en Floride le 31 janvier 2012. La totalité des 50 délégués de Floride à la convention lui est acquise.

Les résultats selon Associated Press: Mitt Romney 46,4%; Newt Gingrich 31,9%; Rick Santorum 13,4%; Ron Paul 7%; autre 1,3%.

Après 4 primaires, Mitt Romney a obtenu 84 délégués, Newt Gingrich 27, Ron Paul 10 et Rick Santorum 8. Il en faut 1144 pour remporter la nomination. Lire la suite

Commentaires fermés sur Mitt Romney gagne en Floride

Classé dans Briefing