Romney/Ryan

Site de campagne | Twitter | facebook | Youtube

Mitt Romney

11 août 2012 – Mitt Romney choisit Paul Ryan comme vice-président. La revue conservatrice National Review Online s’enthousiasme pour le désormais colistier de Mitt Romney. « Paul Ryan a la réputation d’un faucon en matière fiscale, mais c’est bien un conservateur à large spectre », explique le journal, qui estime que sa fidélité aux principes du catholicisme peut aider le vice-président potentiel à conquérir les électeurs pratiquants. Just The Ticket, à lire dans la National Review Online.

31 juillet 2012 – Mitt Romney s’est-il payé des followers sur Twitter? Le nombre de personnes qui suivent le compte de Mitt Romney sur le réseau social Twitter a augmenté de manière très importante. The Atlantic a cherché à savoir si cette croissance pouvait être « naturelle », c’est à dire suscitée par le simple intérêt des membres du réseau. La réponse est non. Qu’il les ait acheté à des entreprises qui créent des faux profils en masse, ou que quelqu’un ait fait cette opération pour l’embarrasser, « quelqu’un l’a fait », conclu le journal.

26 juillet 2012 – « A guy called Mitt Romney ». Mitt Romney avait mis en cause la préparation des JO. A peine arrivé il a eu droit aux honneurs de Boris Johnson: « Un gars appelé Mitt Romney veut savoir si on est prêt! » s’est moqué le maire de Londres devant la flamme olympique. Un bien mauvais départ pour la tournée « européenne » de Romney, qui s’est immédiatement vu répercuté dans la presse US. Revue de détail au LA Times et bilan des avaries chez Politico

18 juillet 2012 – Comment Mitt Romney a raté son test de la mi-été – Mark Halperin dans le TIME fait le point sur deux problèmes récents rencontrés par la campagne de Mitt Romney: le refus de publier ses impôts et le manque de clarté à propos de son départ de Bain Capital. Il a en effet plaidé avoir quitté son entreprise en 1999 et des documents attestent de son rôle jusqu’en 2001. Entre temps, l’entreprise a organisé des délocalisations. Tout le monde savait que sa richesse et ses affaires seraient sous la loupe, comme lors de toutes les campagnes qu’il a mené. Comment se fait-il donc qu’il soit aussi mal préparé à y faire face, se demande Mark Halperin. c

30 juin 2012 – Non, la décision de la Cour suprême sur l’Obamacare n’est pas bonne pour Mitt Romney. Depuis que les juges ont confirmé la constitutionnalité de la réforme majeure de Barack Obama, certains y voient un avantage pour Mitt Romney, qui pourra abondamment capitaliser sur sa proposition d’annuler purement et simplement une réforme qui reste impopulaire. The New Republic explique pourquoi cette décision historique complique la tâche du candidat républicain. D’abord parce qu’une annulation aurait indéniablement terni le bilan de Barack Obama. Ensuite parce que le niet de la Cour Suprême aurait été plus que suffisant pour balayer la réforme sans trop argumenter sur le fond. Une argumentation qu’il va devoir tenir, et qui sera d’autant plus complexe qu’il est le principal inspirateur de la loi.

20 juin 2012 – Mitt Romney en photo de son enfance à ses campagnes politiques successives. Gallerie du Washington Post.

1er juin 2012 – La bataille de Boston: Jusque ici, les missiles de « Chicago » (quartier général de la campagne Obama) visaient surtout une grande tour de Back Bay: Bain Capital, la firme de Boston qui a fait la fortune de Mitt Romney. Mais cette semaine, tir à vue sur le Capitole du Massachusetts, que Mitt Romney a occupé pendant 4 ans.

29 mai 2012 – En économie, Mitt Romney et les gouverneurs ne sont pas toujours d’accord. Le Time publie un article très intéressant qui illustre une des difficultés auxquelles Mitt Romney se heurte dans certains Swing States: son message de campagne essentiel tient au fait que Barack Obama a failli dans la remise sur pied de l’économie. Or, dans trois Etats qui seront décisifs en novembre (Floride, Ohio et Virginie), l’économie montre des signes d’amélioration plus importants que dans le reste du pays. Et les trois gouverneurs de ces Etats étant républicains, ils ne sont pas pour autant disposés à faire croire le contraire…

29 mai 2012 – Mitt Romney se distancie des lubies de Donald Trump, mais pas de son argent. reparti à l’assaut du certificat de naissance de Barack Obama, le magnat de l’immobilier, riche soutien du candidat Romney, a ressorti de ses tiroirs un vieux catalogue dans lequel un agent littéraire avait par erreur mentionné que Barack Obama était né au Kenya. Et Mitt Romney vient par ailleurs de proposer à ses supporters de participer à un tirage au sort pour diner avec lui en compagnie de The Donald. Il a cependant répété qu’il ne croyait pas dans la thèse de son contributeur: « Je ne suis pas toujours d’accord avec mes supporters et je ne crois pas qu’ils soient d’accord avec tout ce que je dis », a indiqué le candidat à CNN.

Photo: Mitt Romney par Gage Skidmore 

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s