Archives de Tag: républicain

Ryan, Romney, Rice, Rubio, Martinez, Eastwood à Tampa: le reader

God Bless the United States of America! La Convention républicaine bat son plein en Floride, et si vous vous étiez mis en tête d’y assister à la télé, vous auriez reçu, dans l’ordre, les informations suivantes:

  1. Si le guitariste de votre groupe de quartier n’a pas digéré sa dernière bière, vous pouvez inviter Peter Frampton: il vient. C’est dans ces circonstances qu’il apparaît dans une pub Buick, et de la pub, il y en a beaucoup. Moi, pendant la pub, je me repasse sa version instrumentale de Black Hole Sun.
  2. Si vous voulez savoir comme c’était bien, l’Amérique d’avant, les dignitaires Républicains parlent de leurs parents. Beaucoup. Ils y passent plus de temps qu’à parler de Mitt Romney. En attendant, vous pourriez regarder tous les Ken Burns. Un documentariste fascinant qui raconte l’histoire américaine et réussit à captiver en faisant des travelings sur les photos d’époques précinématographiques.
  3. L’Amérique est un grand pays à nul autre pareil. Je suis assez d’accord. Maintenant… Est-ce nécessaire de le répéter autant…

Voilà. Si vous enlevez tout ce « gras » de pompe et de patriotisme, il reste quelque substance. On appelle ça la « red meat ». Donc, en forme de burger, le reader:

Mitt Romney, acceptant sa nomination comme candidat républicain à la présidence des Etats-Unis: « Il est prêt à faire le job », commentait platement un anchor de CNN à peine le discours terminé. « Il ne faut pas attendre d’un discours de convention qu’il déplace les montagnes. Il doit permettre d’aller de l’avant, et ça, Romney l’a réussi », estimait Candy Crowley, la présentatrice de State of the Union qui animera l’un des débats présidentiels. La transcription complète de son discours

« Nous, les Américains, avons toujours entretenu une relation très spéciale avec l’Avenir. A chaque vague d’immigrants qui voyait apparaître la Statue de la Liberté, ou posait le pied sur les rives [de Floride] à peine à 90 miles de la tyrannie castriste, les nouveaux Américains avaient surement bien des questions. Mais aucun ne doutait qu’ici en Amérique, ils pourraient se construire une vie meilleure, et que leurs enfants seraient mieux dotés qu’ils ne l’avaient été. Mais aujourd’hui, quatre ans après l’excitation suscitée par l’élection [de Barack Obama], la majorité des Américains doutent que leurs enfants feront mieux qu’eux-mêmes (…) Lire la suite

Publicités

Commentaires fermés sur Ryan, Romney, Rice, Rubio, Martinez, Eastwood à Tampa: le reader

Classé dans Guides

Tampa: qu’aurait dit Ronald Reagan!

Ronald Reagan, président de 1981 à 1989, serait-il trop modéré pour les Républicains de 2012? C’est la question que pose l’édition de mardi du Bloomberg Insider, un magazine édité quotidiennement durant la convention républicaine qui vient juste de démarrer à Tampa. Barrant le portrait du Gipper avec le mot « Socialist », le journal introduit tout en provoc’ les quatre pages consacrées à celui qui reste un héros, et dont les cent ans ont récemment été célébrés en grande pompe par le parti.

Evidemment, ce n’est pas le portrait du 40ème Président dont il s’agit, mais plutôt celui du parti républicain et de ce qu’il est devenu, en comparaison avec la politique de Reagan. Le journal décrit un glissement à droite. « Reagan avait une rhétorique de droite, mais sa politique était centriste. Adepte du compromis, il a travaillé étroitement avec le parti démocrate sur de nombreuses questions. « Il ne pensait pas que le compromis était mauvais par principe », explique le journal. Par ailleurs, il a augmenté les impôts à de nombreuses reprises, augmenté les dépenses militaires, et l’administration a gagné sous son règne des centaines de milliers d’employés.

Cette dextérité dans le compromis, Ronald Reagan l’avait peut-être acquise dans son propre parti, historiquement composé de factions diverses. C’est peut-être ce qui a le plus changé, à en croire le journal: « Aujourd’hui, le parti est plus près d’être monolithique qu’il ne l’a jamais été auparavant ».

Commentaires fermés sur Tampa: qu’aurait dit Ronald Reagan!

Classé dans Documents

Mitt Romney remporte les primaires du Michigan et d’Arizona

Mitt Romney vient de remporter une victoire importante dans l’Etat où il a grandi et dans lequel son père était gouverneur. Le candidat républicain y a remporté les primaires avec 41% des voix. Rick Santorum obtient 38%, Ron Paul 12% et Newt Gingrich 6%. Des 30 délégués en jeu, 2 sont acquis au vainqueur, les autres seront répartis proportionnellement. L’ancien gouverneur du Massachusetts a aussi remporté l’Arizona (29 délégués à celui qui compte le plus de voix), avec 47% des voix. Rick Santorum obtient 27%, Newt Gingrich 16%, et Ron Paul 8%.

Considéré comme vainqueur probable au Michigan depuis lontemps (il avait déjà gagné en 2008), il a fait face dans les deux dernières semaines à une campagne intensive de Rick Santorum, qui aurait pu engranger une victoire symbolique en délogeant Romney. Mais ça ne s’est pas produit. Même en concentrant leurs efforts, les soutiens de Santorum ne sont pas à la hauteur de ceux de Romney. L’analyse des dépenses de campagne par ProPublica montrent que sur 5 millions de dollars dépensés par les superPACs au Michigan, 3 l’ont été par Restore Our Future, qui soutient Romney. Sur cette somme, deux millions ont été dépensés en publicité négative contre Rick Santorum, alors que les superPACs pro Santorum n’ont pu dépenser dans cette même campagne que 1,8 millions, en tout.

Le 3 mars prochain auront lieu les primaires de l’Etat de Washington (nord ouest), avant le Super Thusday pendant lequel vingt Etats seront disputés, dont la Géorgie (76 délégués) et l’Ohio (66). 1144 délégués sont nécessaires pour obtenir la nomination. Mitt Romney s’en assure pour l’heure 139.

Politico propose cinq leçons à tirer du scrutin. Parmi celles-ci, la dernière est en forme de question: pourquoi Ron Paul, loin derrière avec 18 délégués, reste-t-il dans la course? La réponse passe peut-être par son fils, le sénateur du Kentucky Rand Paul, à qui Ron tenterait d’assurer un rôle de choix, dans cette élection ou dans la suivante, en 2016.

Commentaires fermés sur Mitt Romney remporte les primaires du Michigan et d’Arizona

Classé dans Briefing